Les (dégâts sur les) copains d’abord

photo-classe

Il existe des sites où l’on peut retrouver des gens à qui on n’avait rien à dire à l’école pour s’assurer qu’on a toujours rien à leur dire aujourd’hui. Avec en prime la satisfaction de constater les dégâts du temps sur leurs physiques juvéniles . A priori, je suis à l’abri de ça (pas des dégâts mais des retrouvailles). Je n’ai en tout et pour tout qu’une photo de classe. Entre la maternelle et la terminale : une seule photo. Et au vu de ce qui y est imprimé, je me félicite qu’il n’y en ai pas d’autres. Je n’ai d’ailleurs aucun souvenir de séances de photo. Aurai je traversé ma scolarité en évitant ça ? En tout cas n’ayant aucun goût pour la nostalgie, ça ne me manque pas du tout.  Et ça m’évite des volées de remarques assassines sur l’aspect improbable de ma jeunesse…

Publicités

3 réflexions sur “Les (dégâts sur les) copains d’abord

  1. Très juste : aucune envie de revoir la minette « fashion victim », ses copines langues de vipère, le champion de foot fort content de lui, les petits rigolos du fond de la classe qui tuaient le temps à coup de blanco sur les bureaux. Mais pire qu’être fillette à couette et lunettes sur la photo de maternelle (eh oui !) : être maîtresse à côté des chères têtes blondes et se voir vieillir au fil des clichés !!! Jusqu’à quand seront-ils assez naïfs pour dire : « Maîtresse t’es belle et je t’aime » ?! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s